Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 1er juillet 2022 - Saint Thierry
Date : mercredi 12 octobre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Le pharisien en nous

Saint Luc 11, 42-46

Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme sur toutes les plantes du jardin, comme la menthe et la rue, et vous laissez de côté la justice et l’amour de Dieu. Voilà ce qu’il fallait pratiquer, sans abandonner le reste. Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous aimez les premiers rangs dans les synagogues, et les salutations sur les places publiques. Malheureux êtes-vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu’on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. » Alors un docteur de la Loi prit la parole : « Maître, en parlant ainsi, c’est nous aussi que tu insultes. » Jésus reprit : « Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. »

Prière d’introduction Père du ciel, me voici en ta présence. Tu donnes sens à ma vie, tu es la source de la vérité, de la joie et des vraies valeurs. Je crois en toi de tout mon coeur ! Je t’offre ma foi, mon adoration et mon amour pour tous ceux qui ne croient pas, qui ne t’adorent pas et ne t’aiment pas. Que mon désir fidèle et sincère d’imiter ton Fils Bien-aimé soit une consolation pour toi, mon Dieu. Je veux t’aimer par-dessus tout.

Demande Donne-moi la force nécessaire pour scruter sincèrement mon coeur, que j’y reconnaisse les incohérences dans ma vie de disciple et que je décide fermement d’amender ma vie.

Points de réflexion

1. Comment corriger une faille dans notre vie chrétienne. Il y a encore des Pharisiens parmi nous et, ce qui est pire, c’est que trop souvent nous sommes de ceux-là. Que nous le voulions ou non, si nous sommes honnêtes, nous voyons que nous succombons souvent à l’hypocrisie, au manque de sincérité et de probité. Cela entraîne une dissonance, résultat de la fracture entre ce que nous croyons et nos paroles et nos actions. Plutôt que de se laisser aller au découragement, nous devons nous demander comment faire pour remédier à cette faille dans notre vie chrétienne afin de devenir un reflet de la richesse de Jésus-Christ.

Le Père Marcial Maciel, L.C. nous dit : « La majeur partie des souffrances, abattements et amertumes, dans notre vie d’abandon de nous-mêmes à Dieu, vient de l’indécision avec laquelle nous nous donnons, de la médiocrité avec laquelle nous faisons compte à Dieu de ce que ingénument nous pensons Lui avoir donné en plénitude. A l’inverse, c’est du don total et sans hésitation, c’est de notre don définitif à Dieu,que jaillissent le bonheur et la paix. » (Lettre du 2 août, 1954)

2. Rompre avec la médiocrité. Si nous nous examinons de près, nous pourrions bien trouver à la racine de notre manque d’intégrité, l’indécision face au bien. Il faut s’arrêter ici un instant pour examiner dans notre vie chrétienne là où il y a de la médiocrité et où se logent les racines. Est-ce la peur de ce que les autres penseront ? Est-ce la peur des conséquences qu’engendrera un agissement selon mes convictions ? Peur de la croix ? Mon amour-propre ? Quelles que soient la cause ou les causes profondes, je dois reconnaître que sous la médiocrité et l’hypocrisie dans ma vie, il y a certainement le manque d’un plus grand amour de Jésus-Christ. Finalement, la réponse à mon hypocrisie repose dans un plus grand engagement dans l’amour pour la personne du Seigneur, mon Sauveur.

3. L’amour du Christ seulement. « Nous ne pouvons rien faire sans ces deux principes de charité et de sincérité ; c’est pourquoi nous devons toujours être sur nos gardes pour ne pas confondre ce qui est accidentel et ce qui est substantiel, les pratiques et les tendances pharisaïques avec celles qui constituent, distinguent et caractérisent le vrai christianisme. Tant de gens se disent chrétiens mais vivent continuellement engagés dans des pensées et des actions indignes, défigurant aux yeux de tant de pauvres ignorants l’image de Jésus-Christ. Une révision profonde de nos pensées, de notre vie intérieure et extérieure s’impose, pour les conformer en tout et pleinement à celle de Jésus-Christ. La théorie selon laquelle la vertu se trouve au milieu ne s’applique pas à l’homme du Royaume, de même qu’elle ne vaut pas pour l’Evangile. C’est la théorie des âmes grises et médiocres, des pharisiens timorés qui l’exploitent pour justifier leur vie remplie, non de prudence comme ils le croient, mais de vains formalismes, de paresse et d’apathie. Cette théorie ne fut observée ni par les saints, ni par les héros. » (Lettre du Père Maciel, L.C. du 26 avril, 1951)

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, si j’avais été la seule personne sur terre à exister, je crois que tu serais quand même venu me sauver par ta passion, ta mort et ta résurrection. Ton amour pour moi est sans limites, c’est si étonnant ! Et pourtant, combien de fois je ne réponds pas à cet amour. Fais grandir en moi un amour brûlant pour toi, un amour qui me fera vaincre toutes les incohérences dans ma vie chrétienne.

Résolution Je déterminerai un geste d’amour bien concret, bien conscient, que je peux accomplir aujourd’hui pour consoler le coeur de Jésus.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales