Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 18 septembre 2019 - St Joseph de Cupertino
Date : dimanche 23 octobre 2005 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Dieu premier servi

Saint Matthieu 22, 34-40

Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture - dans la Loi et les Prophètes - dépend de ces deux commandements. »

Prière d’introduction Seigneur, merci pour ce moment que nous allons passer ensemble. Aide-moi à écarter toute distraction. Je crois que tu es ici avec moi, que tu me vois, que tu m’entends. Augmente ma foi. Aide-moi à voir que ton action dans ma vie ne cherche que mon bien. Aide-moi à t’aimer aussi dans tout ce que je ferai aujourd’hui. Ne permets pas que je m’éloigne de ta volonté. Garde-moi bien près de toi. Guide et protège ma famille et moi-même.

Demande Seigneur, donne-moi la force de te mettre toujours à la première place et de toujours porter assistance aux besoins des autres avant les miens.

Points de réflexion

1. Dieu premier servi. Les Pharisiens ont relevé 613 commandements dans la Torah ( les cinq premiers livres de l’Ancien Testament). De ceux-ci, 248 étaient positifs (« Tu feras... ») et 365 étaient négatifs (« Tu ne feras pas... »). Les Pharisiens avaient aussi élaboré un vaste schéma d’applications de la loi. Par exemple, si un conflit s’élevait concernant le travail le jour du Sabbat, les Pharisiens scrutaient les Ecritures pour trouver la solution adéquate. Nous savons par les Evangiles que d’après les Pharisiens, on ne pouvait ni guérir, ni ramasser du grain dans les champs ni même soulever sa paillasse le jour du Sabbat. Le peuple cherchait à simplifier cette législation. La question posée à Jésus « quel est le grand commandement ? » reflète bien cette recherche et ce sujet courant de discussion théologique. La réponse de Jésus est double. Il leur cite d’abord la Loi : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu... » (Deutéronome 6:15). C’est un passage qui était familier aux Juifs car il le récitait dans leur prière plusieurs fois par jour et l’avait inscrit au linteau de toutes leurs portes. Pour nous, aussi bien que pour les Juifs, c’est un rappel constant que Dieu doit être le premier servi. Dieu, notre créateur et notre rédempteur, a un droit absolu sur nous. Nous lui devons tout. Tout est don de lui. Trop souvent nous remisons Dieu jusqu’au moment où cela nous convient ou qu’on en a besoin. Mettre Dieu au premier rang dans ma vie veut dire consacrer à la prière la meilleure partie de ma journée et chercher à chaque instant à faire sa volonté par amour pour lui.

2. Devenir centré sur les autres. Jésus ajoute à ce premier commandement celui du Lévitique 19,18 : » Et tu aimeras ton prochain... » Il relie ces deux commandements de telle façon que l’un ne peut pas être observé sans l’autre. On ne peut pas aimer Dieu sans aimer son prochain qui est fait à son image ni aimer son prochain sans un véritable amour de Dieu. Aimer son prochain signifie placer le bien, les intérêts des autres avant les nôtres. Un amour concentré sur soi-même conduit à la tristesse et à la solitude. Etre « centré sur les autres » est la clé de notre bonheur et de notre épanouissement. Aimer son prochain, c’est chercher son bien et le servir par amour de Dieu. Il nous faut sortir de nous-mêmes et aller au-delà de nos intérêts, de notre égoïsme et de notre amour propre. Plus nous aimerons, plus nous connaîtrons le bonheur.

3. Priez pour ceux qui nous haïssent. Il n’est pas facile de quitter ses habitudes égoïstes. A cause du péché, nous avons tendance à donner une importance désordonnée à nous-mêmes. C’est une grave erreur. Demandons la grâce qui purifie nos coeurs et qui nous donne la force de considérer l’intérêt du prochain avant le nôtre. Dieu veut bien nous donner cette grâce mais il veut que nous la lui demandions. Des relations et des circonstances difficiles peuvent être surmontées par la prière et le sacrifice. Prions même pour ceux qui nous blessent et qui nous haïssent, en demandant à Dieu la grâce et la force de les aimer comme il les aime.
« Bénissez ceux qui vous persécutent ; bénissez et ne maudissez pas. »
(Romains 12,14)

Dialogue avec le Christ Seigneur, aide-moi à te mettre à la première place dans ma vie. Si souvent je mets tant d’autres choses avant toi. Je trouve toujours du temps pour ce qui me plaît mais j’en trouve si peu pour la prière. Je trouve le temps de parler aux amis mais si peu pour parler avec toi. Donne-moi la force de t’aimer. Aide-moi aussi à voir les autres comme tu les vois et à les aimer comme tu les aimes.

Résolution Aujourd’hui je prierai pour quelqu’un qui me gêne et j’essaierai de mettre son intérêt avant le mien.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales