Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 24 mars 2019 - Sainte Catherine de Suède
Date : vendredi 2 mai 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

La foi révèle les besoins des autres

Saint Jean 6, 1-15

Après cela, Jésus passa de l’autre côté du lac de Tibériade (appelé aussi mer de Galilée). Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait en guérissant les malades. Jésus gagna la montagne, et là, il s’assit avec ses disciples. C’était un peu avant la Pâque, qui est la grande fête des Juifs. Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car lui-même savait bien ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun ait un petit morceau de pain. » Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » Jésus dit : « Faites-les asseoir. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains, et, après avoir rendu grâce, les leur distribua ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Ramassez les morceaux qui restent, pour que rien ne soit perdu. » Ils les ramassèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restaient des cinq pains d’orge après le repas. A la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le grand Prophète, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils étaient sur le point de venir le prendre de force et faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira, tout seul, dans la montagne.

Réflexion

-1. Jésus leur pose une question. Le Christ est sensible aux besoins des hommes. Saint Jean fait allusion ici à l’approche de la Pâques, faisant de ce récit une sorte d’introduction au discours qui suivra l’instauration de l’Eucharistie. La vie du Christ toute entière est une réponse à la faim et la soif de l’homme. Nous avons faim de vérité et de sagesse mais nous avons aussi besoin de force. Jésus voit bien notre besoin de nourriture matérielle et spirituelle. Il connaît les besoins des hommes, même quand ceux-ci n’en ont pas conscience eux-mêmes. Il demande aux disciples « où » est-ce qu’ils trouveront la nourriture pour la foule. Les disciples sont perplexes. En effet, si nous ignorons les besoins des autres, nous ne saurons pas trouver la réponse. Est-ce que je reconnais que Jésus est le Pain de Vie ? Qu’Il est la réponse suffisante aux besoins spirituels de l’homme ? Est-ce que je suis sensible aux besoins de ceux qui m’entourent, puisque j’ai la réponse à ce qu’ils cherchent ?

- 2. Plus qu’assez. Les 12 paniers récoltés après le repas nous indiquent que non seulement Jésus a offert assez à manger pour plus de 5000 hommes mais aussi plus qu’assez pour chacun des apôtres. Voyant la foule, les apôtres ont considéré leur peu de moyens : il faudrait trop de nourriture pour nourrir tout le monde. Ils ont une mentalité du « trop peu », une pensée étriquée. Ils ne comptaient qu’avec leurs propres moyens. Quand il s’agit de donner aux autres, une attitude de comptable n’est pas la voie de la foi. Nous devons regarder le Christ et lui demander de multiplier nos talents et nos efforts afin de nourrir ceux qu’il nous a confiés. Les apôtres ont donné tout ce qu’ils possédaient à Jésus, 5 pains et 2 poissons. Ils ont reçu en retour le centuple. Est-ce que je compte et je mesure ce que je donne à Jésus et aux autres ?

- 3. Quand ils ont vu le signe. Jésus à Certainement voulu donner un signe à l’assistance, mais l’ont-ils compris ? Ils disent « il est sûrement un prophète » mais ils veulent en faire un roi. Jésus n’est pas venu pour abolir seulement la pauvreté matérielle, mais pour nous nourrir de sa propre vie et pour nous offrir un Royaume éternel. Souvent, nous réduisons Jésus à nos dimensions horizontales. Nous voyons dans les « signes » qu’Il nous donne le remède à nos problèmes immédiats. Le Christ, Lui, voit plus grand. Est-ce que je sais interpréter les signes qu’Il me donne dans ma vie et par son Eglise ? Est-ce que je comprend le symbolisme de chaque objet, chaque vase sacré, chaque geste utilisé pendant la messe ? Est-ce que je n’y vois que des signes ou est-ce que je m’efforce de les voir avec le regard de la foi ?

Prière

Seigneur Jésus, ouvre mes yeux afin que je voie comme Tu vois, en me souciant des besoins de ceux qui m’entourent. Apprends-moi par l’Eucharistie à apprécier ta présence et ta puissance. Apprends-moi à partager les grâces infinies que Tu nous donnes par l’Eglise et par les sacrements.

Résolution

Chercher à découvrir et à répondre à un besoin spirituel particulier de quelqu’un dans mon entourage.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales