Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 juillet 2019 - Saint Apollinaire
Date : mercredi 24 mars 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Celui qui vous entend, m’entend.

Saint Jean 5, 17-30

Après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat, Jésus déclara aux juifs : « Mon Père, jusqu’à maintenant, est toujours à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre. » C’est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le faire mourir, car non seulement il violait le repos du sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu. Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des oeuvres encore plus grandes, si bien que vous serez dans l’étonnement. Comme le Père, en effet, relève les morts et leur donne la vie, le Fils, lui aussi, donne la vie à qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé. Amen, amen, je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit au Père qui m’a envoyé, celui-là obtient la vie éternelle et il échappe au Jugement, car il est déjà passé de la mort à la vie. Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient - et c’est maintenant - où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ; et il lui a donné le pouvoir de prononcer le Jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. Ne soyez pas surpris ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront : ceux qui ont fait le bien, ressuscitant pour entrer dans la vie ; ceux qui ont fait le mal, ressuscitant pour être jugés. Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et ce jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. »

Prière d’introduction Seigneur, je cherche constamment des honneurs pour moi-même. Mais je veux simplifier ma vie et diriger tous les honneurs et toute la gloire vers toi. Je sais que cela donnera un sens à ma vie et la paix à mon âme.

Pétition Accorde-moi, Seigneur, l’humilité pour dépendre de toi en tout.

Réflexion

1. L’intimité divine. Tous les parents ne dévoilent pas tous leurs secrets à leurs enfants ; cependant, le Père Céleste " montre (au Fils) tout ce qu’il fait.." C’est l’intimité de Dieu. Cependant, la relation entre le Père et le Fils n’est pas un cercle fermé. Le Christ invite ses auditeurs à entrer dans ce cercle. Il nous y invite aussi. Quelle merveille ! Qui sommes-nous, ses créatures, pour mériter une telle intimité avec Lui ? Le Fils voit tout ce que fait le Père, et peut donc faire exactement ce que le Père a fait. Entrons dans l’intimité de Jésus et du Père, particulièrement par la prière.

2. Honorer le Père. Les accusateurs de Jésus soutiennent que sa revendication d’égalité avec le Père était une revendication d’indépendance par rapport à l’autorité du Père. C’était "blasphème". Mais en réalité l’inverse est vrai : sa réclamation d’égalité avec Dieu est accompagnée de sa soumission à l’autorité du père. Comment un Dieu unique peut-il travailler contre lui-même ? Si je souhaite honorer mon Père, je ne dois pas chercher à me "débrouiller seul", mais faire toutes les choses par lui et avec lui. Quelle meilleure manière d’honorer mon Père que d’aider d’autres personnes à percevoir sa présence en ce monde séculaire ?

3. La dépendance. Évidemment, plus nous nous rendons compte de notre dépendance complète à l’égard de Dieu, plus il est facile de nous soumettre à son plan. L’intimité divine avec le père et le fils nous permet d’obéir non pas comme des esclaves craintifs mais comme des fils affectueux. "je ne vous appelle plus mes serviteurs, mais mes amis...." Les amis partagent des aspirations communes, des rêves communs, et ils dépendent l’un de l’autre. L’un demande, l’autre donne, et inversement. C’est tout naturel. Quand nous reconnaissons notre dépendance à l’égard Dieu, il peut agir plus aisément en nous et par nous.

Dialogue avec le Christ Seigneur, je me rends compte que la force de ma volonté ne suffit pas pour rester fidèle à la volonté du Père : il me faut l’amour. Je sais que la fidélité signifie offrir ma vie pour toi dans de beaucoup de petites choses. Je demande la grâce pour répondre avec générosité à ce que tu me demandes. Que ma vie entière reflète ton exemple de fils fidèle. Seigneur, convainc-moi que si je veux être parfait comme mon Père est parfait, je dois d’abord être capable de me soumettre à sa volonté dans les plus petits détails.

Résolution
Examiner ma vie de prière en présence du Christ afin de voir si elle reflète une vraie dépendance à l’égard de Dieu ou non.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales