Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 18 septembre 2019 - St Joseph de Cupertino
Date : vendredi 17 septembre 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

De Saintes Femmes

Saint Luc 8, 1-3

Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons), Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources.

Prière d’introduction Seigneur, fais que ma prière soit attentive aux désirs de ton coeur et aux besoins de ta mission dans le monde. Libère-moi de mon égocentrisme et de tout mal que je puisse te suivre comme les saintes femmes, avec un coeur ouvert et un oeil vif pour repérer les besoins de l’Eglise aujourd’hui.

Pétition Seigneur accorde-moi un coeur libre pour que je puisse te le donner et le donner aux âmes.

Réflexion

1. Libre d’être femme. Jésus-Christ n’est pas freiné par les conventions sociales de son époque, qui ont refusé des rôles significatifs aux femmes qui voulaient être en compagnie d’un grand maître. Un rabbin n’aurait jamais adressé la parole à une femme en public, même pas à sa propre épouse. L’estime du Seigneur pour la valeur des femmes devant le Père l’a mené à leur faire l’objet d’un soin spécial. Il les a guéries de leurs maux et de leurs maladies, il leur a redonné le sens original de leur dignité et a libéré leurs esprits pour qu’elles puissent répondre à leur vocation - celle de transmettre la vie dans toutes ses dimensions. Libéré du mal et d’une vision déformée de leur personne, le "génie féminin" émerge et leur vraie féminité apparaît : celle qui découle du don d’elles-mêmes. Dans le Christ chaque personne cesse d’être un objet dépersonnalisé par le péché. Par le sens retrouvé de sa dignité en Christ, la personne humaine s’épanouit, et elle prête à assumer une mission. Est-ce que j’ai évalué ma valeur aux yeux du Christ ? L’ai-je fait suffisamment pour être prêt à me donner à ma mission ? Est-ce que je traite quel qu’un de mon entourage comme un objet, comme un moyen servant mes fins, en oubliant ce qu’il représente pour le Christ ?

2. Une mission seulement pour moi. Pour le Seigneur, toutes les personnes sont égales en dignité, mais son plan respecte leur diversité de nature. Chaque personne est placée selon la sagesse de Dieu dans des rôles qui respectent la planification du Seigneur, Créateur et Rédempteur. Les douze se voient attribuer leurs rôles, et certaines femmes sont choisies aussi, bien que leur mission soit différente de celle des Douze. Le Christ ressuscité apparaîtra à ces femmes et elles deviendront ainsi des acteurs clefs dans le travail de l’évangélisation. Leur rôle est essentiel au Royaume, et l’Eglise ne peut pas avancer sans elles. De la même manière, cette contemplation m’invite à ouvrir ma vision du monde à la place que Dieu m’a donné dans la mission de l’Eglise, avec ma vocation particulière. Je suis au coeur de l’Eglise chaque fois que j’ouvre mon coeur pour accepter l’unique occasion que Dieu m’a donné pour le servir dans cette vie, selon sa volonté. Ce que je pourrais faire est irremplaçable et urgent pour la vie de son Eglise.

3. Aider le Christ de ses ressources. Ce passage d’évangile déclare que ces femmes, et beaucoup d’autres, ont aidé Jésus et ses disciples de leurs ressources. L’Ecriture n’a jamais dit que l’argent est la racine de tout mal, plutôt que « la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent. » (1 lettre de Timothée 6,10). Oui, nous savons que la richesse peut faire du mal à l’Eglise en la rendant mondaine, mais un manque de générosité de la part du fidèle ralentit sa mission. Les nombreux besoins matériels de l’Eglise qui résultent de ses travaux d’évangélisation ne devraient jamais nous gêner. Nous devons soutenir ces travaux et notre paroisse sachant qu’ils nous donnent bien plus en retour. Aujourd’hui le corps mystique du Christ se trouve souvent appauvri, et incapable de remplir la mission par manque de coeurs généreux. Laissons ces saintes femmes nous enseigner à penser d’abord aux besoins du Christ tout en respectant ce que mon état de vie m’oblige. Laissons l’occasion de donner à l’Eglise enlever de mon coeur toute forme de matérialisme.

Dialogue avec le Christ Seigneur, je veux imiter ces saintes femmes, me libérant de toute préoccupation futile et distraction mondaine pour te suivre avec tout mon coeur. Je t’apporte tout que je suis avec tous mes talents et mes possessions. Je les place dans tes mains pour faire ce que tu penses le mieux. Tout ce qui est à moi est à toi, de sorte que tous ce qui est à toi puisse être à moi.

Résolution Je passerai en revue mon soutien de l’Eglise pour m’assurer que je suis aussi généreux que possible.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales