Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 18 juillet 2019 - Saint Frederic
Date : vendredi 15 septembre 2006 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Mère des Douleurs

Saint Jean 19, 25-27

Près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la soeur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Prière d’introduction Seigneur Jésus, je viens à toi de nouveau dans la prière. Quoique je ne puisse pas te voir, ma foi me dit que tu es présent. Tu es prêt à m’écouter et tu désires me parler. Ta présence me donne de l’espoir parce que tu es le Dieu tout puissant, le créateur du ciel et de la terre. Tu es la source de tout ce qui est bien dans ma vie. Rien ne m’arrive sans que tu le saches et le permettes. Mon espérance me conduit à l’amour. Je veux faire un avec toi en esprit et avec mon cœur. Je désire m’identifier à ta volonté et à tes critères.

Demande Seigneur, aide-moi à comprendre la douleur profonde de Marie.

Points de réflexion

1. Au pied de la croix. Qu’est-ce que Marie a pu ressentir en se tenant au pied de la croix et en voyant son fils mourir ? Elle ne souffre pas physiquement comme son fils, mais elle sent tout le poids de la souffrance morale. Elle, comme son fils, sent le poids du mal et l’horreur de l’injustice. Son coeur est meurtri. La colère et la haine de ceux qui ont crucifié son fils la remplissent de douleur.

2. Aucun ressentiment. Et pourtant, Marie ne montre aucun ressentiment, aucune colère. Elle voit tout avec les yeux de la foi. Elle accepte tout comme venant de la main affectueuse de Dieu. En son coeur immaculé, il n’y a pas de place pour même la plus légère imperfection. Son amour pour Dieu, pour son Fils et pour l’humanité est si grand qu’il ne permet pas la moindre rancœur. Combien sa souffrance diffère-t-elle de la mienne ? Combien de fois ma douleur est-elle corrompue par un ressentiment apparemment justifié envers ceux qui me font souffrir ?

3. Le don d’un Fils, le don d’une Mère. Jésus, qui comprend la douleur profonde de sa Mère, désire alléger sa douleur. C’est pourquoi il la confie au soin de saint Jean et il confie saint Jean à sa mère. Jésus désire soulager la douleur de sa mère non pas en descendant de la croix mais en lui donnant quelqu’un qui prendra soin d’elle et en lui donnant quelqu’un dont elle pourra s’occuper. Par ce geste, Marie devient la Mère de tous les hommes ; la contrepartie d’une douleur oblative pure est un amour généreux et pur.

Dialogue avec le Christ Seigneur, en ce jour de souvenir de la souffrance de ta mère Marie, aide-moi à comprendre sa douleur. Aide-moi à comprendre à quel point il était douloureux pour toi de sentir ton cœur percé par la mise à mort injuste de ton fils. Quand la souffrance vient à ma rencontre, apprends-moi à les accepter de la même manière que Marie, avec un vrai esprit de foi, sans le plus léger ressentiment ou esprit de justification. Marie, je veux te consoler dans ta douleur avec mon amour filial et délicat. Que mon respect et mon amitié pour toi te soient une consolation.

Résolution Aujourd’hui je prierai l’Angélus avec une ferveur spéciale.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales