Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 16 juillet 2019 - Notre Dame du Mont Carmel
Date : mercredi 14 mai 2003 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

La joie de la fidélité

Saint Jean 15, 9-17

« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. »

Réflexion

1. "Demeurez en mon amour."
Aujourd’hui, l’Eglise nous présente le premier devoir de tout chrétien : obéir aux commandements de Jésus Christ. Nous sommes des chrétiens, ce qui veut dire que nous suivons le Christ. Cela signifie que nous acceptons que Lui seul a les paroles de vie éternelle. « A qui irions nous ? » Il n’y a personne qui puisse nous sauver en dehors du Christ. En Lui seul se trouve le salut. Quelle grâce d’être chrétien ! Quelle grâce d’appartenir au sacrement universel de salut, l’Eglise ! Comme nous devons en être reconnaissants !

Nous avons reçu la grâce non méritée d’être des fils adoptifs du Père. Contrairement à beaucoup d’autres, nous avons le privilège d’avoir la lumière du Christ qui nous guide dans ce monde obscurci par le pêché. Nous avons les sacrements et tous les trésors de l’Eglise pour nous aider sur notre chemin vers le Ciel.

Etre chrétien, c’est demeurer dans l’amour du Christ. Comme nous le dit le Saint Père : « Non, ce n’est pas une formule qui nous sauvera, mais une Personne, et la certitude qu’elle nous inspire : Je suis avec vous ! » (Tertio Millennion Inuente, 29 .)

2. « Garder mes commandements »
Si nous aimons le Christ, nous garderons ses commandements. L’amour est la motivation de nos efforts de fidélité dans notre amitié avec notre Seigneur, une relation personnelle d’amour avec Jésus Christ (cf. Père Martial Maciel, L.C., lettre Les Dimensions de la vocation apostolique Chrétienne).

Nous devons avoir la volonté de garder ses commandements. Mais comment être fidèle alors que notre nature est blessée par le péché originel et que nous sommes entourés d’un monde hostile à la vertu chrétienne ? Rappelons-nous la vérité fondamentale de Pâques : « Il est ressuscité ! ». Dieu nous a aimés avec une infinie miséricorde sans se laisser arrêter par les conditions de grave rupture dans lesquelles le péché avait placé la personne humaine. Il s’est penché avec bienveillance sur nos infirmités, en en faisant l’occasion d’une nouvelle et plus merveilleuse effusion de son amour. L’Église ne cesse d’annoncer ce mystère d’infinie bonté, exaltant le libre choix de Dieu et son désir de ne pas condamner mais de réintégrer l’homme dans la communion avec Lui. (message de Carême 2002 de Jean Paul II)

3. « Que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie. » La joie est la caractéristique du christianisme. Si vraiment nous demeurons dans l’amour du Christ, alors cette joie demeura en nous quelque soient les circonstances de notre vie. « Nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu qui s’est manifestée dans les Églises de la Macédoine. Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part. (2 Corinthiens 8, 1-2) Cette joie chrétienne devrait caractériser nos vies. Elle a sa racine dans la résurrection du Christ, le fils de Dieu. Nous demeurons en son amour et Lui demeure en nous.

Prière

Psaume 34 :
Je bénirai l’Éternel en tout temps ; Sa louange sera toujours dans ma bouche.
Que mon âme se glorifie en l’Éternel ! Que les malheureux écoutent et se réjouissent !
Exaltez avec moi l’Éternel ! Célébrons tous son nom !
J’ai cherché l’Éternel, et il m’a répondu ; Il m’a délivré de toutes mes frayeurs.
Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie, Et le visage ne se couvre pas de honte.
Quand un malheureux crie, l’Éternel entend, Et il le sauve de toutes ses détresses.
L’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, Et il les arrache au danger.
Sentez et voyez combien l’Éternel est bon ! Heureux l’homme qui cherche en lui son refuge !

Résolution

Prendre l’engagement d’être source de joie chrétienne à la maison et au travail.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales